Accueil / Journal / Renée de France, princesse humaniste

Renée de France, princesse humaniste

Au XVIe siècle une femme va vivre en humaniste, selon sa seule liberté de conscience et attachée à la Réforme, Renée de France (1510-1575 ). Malgré risques et menaces, la princesse de France restera fidèle au choix de la paix religieuse qu’elle ne trahira jamais. Renée de France, qui n’aura pu se convertir au protestantisme, n’en vivra pas moins selon les principes de la Réforme.

Née à Blois en 1510, Renée de France, fille d’Anne de Bretagne et Louis XII, soeur cadette de Claude de France, est éduquée dans l’humanisme, avec sa mère puis par sa dame d’atour Michèle de Saubonne connue pour ses idées humanistes. De ce même courant de pensée, Marguerite de Navarre aura aussi une grande influence sur la jeune Renée. En 1528, mariée à Hercule II d’Este, duc de Ferrare, Renée quitte la France. Les premières années à Ferrare sont heureuses pour Renée, ponctuées de la naissance de cinq enfants de 1531 à 1538.

  Années heureuses, mais où plane l’ombre des dangers qui menacent les « hérétiques » de France et d’Italie depuis l’Affaire des placards en 1534. Renée de France ne sera pas épargnée, elle que l’on sait proche des huguenots et prête à les sauver. En 1536, Jean Calvin lui-même, alors à Ferrare, sera inquiété et ne devra la vie sauve qu’à Renée. De cette rencontre naîtra une correspondance suivie jusqu’à la mort du Réformateur. Le comportement de Renée de France lui vaudra un enfermement et un procès d’Inquisition. Mais elle ne perd rien de ses convictions et Renée reste « hérétique ».

  Après la mort de son époux en 1559, Renée rentre en France. Elle retrouve sa fille aînée Anne qui avait quitté Ferrare en 1548 pour épouser François d’Aumale duc de Guise. Mère et fille ne se quitteront plus, la première humaniste et proclamant toujours les idées de la Réforme, et la seconde catholique à la cour et liée à la Maison Guise. Toutes deux n’auront de cesse de sauver le plus possible de victimes, catholiques et protestantes, et d’aspirer à la paix religieuse.

  En 1560, Anne déjà, lors de la Conjuration d’Amboise, avait plaidé pour les condamnés. Puis en mars 1562, elle avait supplié son époux d’épargner des huguenots, au massacre de Wassy. Et encore en 1566-1567, Renée de France installée dans son château de Montargis tient tête aux troupes catholiques, et connaît les mouvements de ces troupes, comme les menaces qui pèsent sur elle, grâce à sa fille. En 1572, après le massacre de la Saint Barthélemy, c’est Anne qui va aider sa mère, ainsi que de nombreux protestants, à fuir la capitale ensanglantée. Renée de France se retire alors à Montargis où elle meurt en 1575.

  L’héritage que Renée de France aura transmis se retrouve sans doute aussi dans la vie de sa fille Anne. En effet restée seule, orpheline et deux fois veuve, du duc de Guise en 1563, puis de Jacques de Nemours duc de Savoie en 1585, Anne aura à traverser les dernières années du siècle. Elle souffrira de l’assassinat, ordonné par Henri III à Blois, de ses deux fils Henri le Balafré et Louis. Mais elle saura aussi se rallier à Henri IV, et jouera un rôle important dans la fin de la Ligue. « Henri le Grand » a su reconnaître en Anne l’éducation humaniste de Renée de France, qu’il a connue, tout en retrouvant l’image de Louis XII dont il appréciait l’oeuvre politique. Le roi huguenot offrira à Anne catholique, mais digne de sa mère, aide, conseils et préséances jusqu’à la mort de sa « protégée » en 1607.

  Ainsi les convictions de Renée de France aurontelles été transmises par son courage et sa liberté de conscience. Et par sa fille Anne. Dans un retournement de l’Histoire c’est précisément Anne qui rejoindra Henri IV, lui-même porteur du passé humaniste et réformé de femmes comme Jeanne d’Albret ou Marguerite de Navarre, toutes courageuses, voire intrépides, dans ce difficile XVIe siècle.*

  • À signaler : Nicole VRAY, Renée de France et Anne de Guise, mère et fille entre la loi et la foi au XVIe siècle, éd. Olivétan, 2010.

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Nicole Vray

Avatar

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.