Accueil / Journal / Insouci

Insouci

Distinguons dans nos vies bonheur et joie. Bonheur, état statique de celui qui sent son attente comblée. Joie, élan dynamique, source d’émerveillement et de surpassement dans la profondeur de l’être.

  Ce dernier état, jailli de l’instant, propose un futur ineffable où gît la marque de Dieu, l’apport de sa bienveillance pour son enfant. La joie est brève, fulgurante et nous laisse autre. Le bonheur, sans nous changer, risque de prolonger notre égoïsme.

  Faudrait-il vivre surtout dans le seul présent ? Quelques lectures touchant Jean Calvin amènent à s’interroger. Dans sa confiance inaltérable en Dieu – bien qu’Il soit insaisissable, inconnaissable – Calvin ne verse-t-il pas dans l’insouci de ce qu’apporteront les jours à venir ?

  Le présent est le temps de Dieu, celui où Il nous juge, mais aussi celui où Il nous aime et nous apporte la grâce imméritée de sa justification. Être assuré de cela, mettre sa confiance dans ce don de Dieu, c’est envisager notre vie avec sérénité et travailler lucidement les données de chaque jour, à savoir ordre à mettre dans nos pensées, rencontres et, à travers elles, souci des autres.

  Insouci vis-à-vis de l’avenir. Faut-il affirmer notre indifférence à ce qui adviendra, à nous, au prochain, au monde ? Non pas, mais si nos efforts semblent vains, ne nous inquiétons pas exagérément du résultat. Le souci des autres prend vigueur avec l’insouci vis-à-vis de soi. Et en tout, comme aux lys des champs, Dieu pourvoira.

  Paradoxalement, la joie s’enracine dans l’insouci. Elle est pleinement accueillie dans l’amour de Dieu et des autres, dans l’abandon de notre égoïsme et dans la marche tranquille sur le chemin de Dieu.

  Voudrions-nous dire que Dieu conduit tout, dans le détail de nos jours et de ceux des autres ? Non sans doute, mais s’il s’en désintéresse, pourquoi y attacherions-nous une telle importance ?

  Un relatif détachement vis-à-vis des résultats de nos efforts naît du sentiment que le sens de notre vie n’y réside pas tout entier ; c’est notre seule obéissance qui importe, en Dieu qui nous mène à destination, qui nous prédestine, sans que nous sachions bien vers quoi. Mais c’est un Dieu d’amour.

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Bernard Félix

Avatar

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.