Accueil / Journal / Des hommes de convictions et d’espérance

Des hommes de convictions et d’espérance

 

  Albert Schweitzer est allé jusqu’au bout de ses engagements. D’autres, connus ou inconnus, ont mis radicalement leur vie en conformité avec leur foi. Par exemple, au siècle dernier, Gandhi (1869-1948), Dietrich Bonhoeffer (1906-1945), Martin Luther King (1929-1968), ont payé de leur vie leur engagement. Moins connues, Suzanne de Dietrich (1891-1981) et Madeleine Barot (1909-1995) ont participé à la création de la CIMADE, en 1939, et ont eu une action déterminante dans les camps d’internement pendant la guerre et après. Mohandas Gandhi a été un pionnier et un théoricien de la désobéissance civile, fondée sur la non-violence. « La non-violence ne consiste pas à renoncer à toute lutte réelle contre le mal. C’est au contraire, contre le mal, une lutte plus active et plus réelle que la loi du talion. » (Lettres de l’Ashram, Albin Michel, 1990) Il mena une campagne pour l’indépendance de l’Inde, et passa six ans en prison pour ses prises de position. Gandhi, pratiqua l’hindouisme toute sa vie mais il disait que « si un homme atteint le coeur de sa propre religion, il atteint également le coeur des autres religions » (Tous les hommes sont frères, Folio, 1990). Gandhi fut assassiné en 1948 par un hindou nationaliste.

  Martin Luther King, pasteur baptiste, a été un militant pour les droits civiques des Noirs aux États-Unis. En 1959 il partit en Inde pour étudier les techniques de non-violence de Gandhi. Ses actions (boycott, sit-in…) lui valurent d’être emprisonné et une bombe fit sauter sa maison… En 1964 il reçut le prix Nobel de la paix pour sa lutte non-violente contre la ségrégation raciale. Il fut assassiné en 1968. « Il nous faut apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons périr ensemble comme des imbéciles », a-t-il dit.

  Dietrich Bonhoeffer, pasteur et théologien luthérien allemand, a été l’un des fondateurs de « l’Église confessante » qui s’opposa au nazisme en Allemagne. Il participa à un complot qui visait à assassiner Hitler pour arrêter sa folie destructrice. « Là où il n’y a le choix qu’entre lâcheté et violence, je conseillerais la violence », disait Gandhi ! Il est arrêté en 1943 et exécuté en 1945. Bonhoeffer plaide pour un « christianisme non religieux » : « Le temps où l’on pouvait tout dire aux hommes par des paroles théologiques ou pieuses est passé, c’est-à-dire le temps de la religion en général. […] Ce ne sont pas les tâches infinies et inaccessibles qui sont la transcendance, mais le prochain qui est placé sur notre chemin.» (Résistance et Soumission)

  On peut conclure avec André Gounelle (Théolib n°11- 2000) « La foi évangélique ne se soumet pas au monde tel qu’il est ; elle ne s’évade pas dans un au-delà. Elle discerne l’action de Dieu, elle y participe, elle s’engage à son service pour un monde meilleur. Ici, on peut vraiment parler d’espérance. »

  Le texte suivant, écrit par Jean-Paul Sorg, professeur de philosophie, le meilleur spécialiste en France de l’oeuvre et de la pensée d’Albert Schweitzer, permet d’approfondir la connaissance que nous pouvons avoir d’Albert Schweitzer.

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Marie-Noële Duchêne

Avatar
est enseignant-chercheur retraitée en Physique (université Paris-Sud Orsay). Depuis 2004, elle s’occupe du secrétariat de rédaction d’Évangile et liberté.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.