Accueil / Halte / De l’indigné à l’engagé

De l’indigné à l’engagé

Bricolage poétique
en mémoire de Stéphane Hessel,
par son fils Michel Hessel.

 

Au guichet qui claque au nez des becs cloués

Dans les administrations de la honte et de la malparlure

Avec leurs instituts de suffisance

Et leurs machines à gérer la ressource humaine….

 

On entend parfois le miracle d’un hurlement

Résurrection d’une âme poignardée

Ou simple cri d’herbe folle

 

Il nous faut alors creuser jardins et souterrains

Nicher dans des campements de fortune

Ou l’on entend ce bruissement sourd

Qui nous nourrit mais ne se consume

Flamme

D’aucun feu

 

Il nous faut alors trouver

L’asile politique

En la cathédrale des nénuphars

Avec ses arcs en ciels de rainettes

Le corps emprunte à un nom sa clef des champs

Pour se trouver un passeport de naissance

Afin de passer pour mort auprès des miradors

Puis par son nouveau souffle

Quand il pleut et qu’il mouille

Faire du têtard fêtard

 

Sans crier gare alors vînt la rentrée des classes

Et l’amande enivrée des douces colles blanches

Et l’encre rescapée des atolls pacifiques

Quand vrombissait le cri primal de la récré

Quand tintinnabulaient des garçons les mirettes

Face à la virevolte des pieds des écolières.

 

De l’indigné à l’engagé

Comme un chemin de poucet

La lettre étire sa tige

Quand les oiseaux dansent au rythme des souffles

Le silence est couleur de lune

 

Retrouvez aussi l’entretien que Stéphane Hessel avait donné à Évangile et liberté

À propos Michel Hessel

Avatar

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.