Accueil / Carte blanche / Dieu Père

Dieu Père

 

André Gounelle

À la suite et selon l’enseignement de Jésus, nous nous adressons à Dieu en lui disant « Père ». Cette appellation ne va pas de soi. Elle choque les musulmans pour qui la paternité implique une sexualité qu’ils estiment ne pas convenir à Dieu. Elle fait difficulté pour ceux qui ont eu des pères indignes, absents ou brutaux. Certains la trouvent injuste à l’égard des mères ; la Bible parle aussi de Dieu au féminin.

À l’affirmation que Dieu est père on a adressé deux autres critiques.

1. La première souligne que la paternité se réfère à une provenance, à quelqu’un qui est derrière nous et se situe aux débuts de notre existence. Or le Dieu biblique oriente vers l’avenir, introduit du nouveau, appelle et conduit le monde à une transformation. « Le Dieu de l’Évangile, écrit Bultmann, est toujours en avant de moi comme celui qui vient : c’est sa perpétuelle futurition qui est sa transcendance ». Pour Cobb, plus que le passé et le présent, l’avenir est par excellence le temps de Dieu. En pensant à Noël, ne pourrait-on pas considérer qu’un bébé serait un meilleur symbole de Dieu et de son Royaume qu’un père ? Le père représente ce qui précède ; le bébé annonce un devenir.

Cette objection, malgré une relative pertinence, me semble réductrice. Elle restreint la paternité à un engendrement originaire alors qu’elle est, avant tout, une aventure continuelle. Un père éduque ses enfants, puis il les accompagne et les aide. Dieu est Père parce qu’il nous pousse à aller de l’avant et fait naître de l’inédit dans notre vie comme dans le monde. De même, la création biblique ne concerne pas tant l’origine du monde que son présent et son avenir : plus qu’à un fondement initial, elle renvoie au dynamisme de Dieu qui sans cesse produit du nouveau.

2. Selon la seconde critique, appeler Dieu « Père » efface sa gloire et sa souveraineté en le rendant trop familier. Quand nous reprenons à notre compte l’abba (papa) qu’aurait dit Jésus, n’oublions-nous pas ce qui le différencie de nous ? Ne tombons-nous pas dans la religion confortable d’un Dieu câlin et copain ? Aussi agréable qu’un bon coussin ou un bon fauteuil, semblable aux doudous des enfants, il rassure et assoupit, alors que le Dieu biblique inquiète, dérange, interpelle, secoue et mobilise.

De même que la première, cette deuxième objection comporte une part de vérité mais est unilatérale. Que Dieu soit terrible par ses exigences, redoutable par sa justice, écrasant par sa sainteté, bien des pages de la Bible le soulignent, mais n’excluent pas pour cela l’amour. D’autres pages parlent de l’affection qu’il nous porte, de la vigilance dont il nous entoure, de la confiance que nous pouvons avoir en lui, mais n’excluent pas pour cela sa grandeur et sa majesté.

Dieu est en même temps autre et intime, étranger et familier. Dans la foi, se développe une relation qui joint respect et révérence avec tendresse et affection. Quand Matthieu commence l’oraison dominicale non pas simplement par « père » comme Luc, mais par « notre Père qui es aux cieux », il met en tension le « père », l’intime, avec les « cieux », qui symbolisent non pas un ailleurs mais un autrement. Il conjugue la proximité du « père » avec l’altérité du « céleste ».

Toute désignation de Dieu comporte des inconvénients. Les objections qu’on oppose à celle de « père » ne conduisent pas à l’écarter, mais à la préciser en rappelant aussi la distance et la différence divines et en situant l’engendrement non pas seulement hier, mais surtout aujourd’hui et demain.

 

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos André Gounelle

Avatar
est pasteur, professeur honoraire de l’Institut Protestant de Théologie (Montpellier), auteur de nombreux livres, collaborateur depuis 50 ans d’Évangile et liberté.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.