Accueil / Culture / Pas de quartier ?

Pas de quartier ?

  Admirable, ce grand commis de l’État, plusieurs fois ministre, qui consacre ses vieux jours à la défense des enfants perdus et des jeunes des banlieues, égarés dans la délinquance. Il y a quelque chose d’évangélique dans cet engagement.

  L’auteur, ami de longue date d’Évangile et liberté, a repris sa robe d’avocat, après avoir quitté toutes ses hautes fonctions, pour porter secours à ces jeunes qui ne comprennent pas bien ce qui leur arrive. Il témoigne de quelques procès poignants, en montrant la désespérance de ces enfants, face à la froideur de la machine judiciaire. Surtout il nous fait comprendre que l’ordonnance de 1945, qui voulait protéger les mineurs en privilégiant l’éducation par rapport à la répression, a été progressivement démantelée par les lois ultérieures successives qui sont, au contraire, de plus en plus punitives et s’intéressent davantage à la sanction qu’à la détresse du jeune prévenu.

  L’auteur, évidemment, n’aime pas cette politique qui s’écarte trop des intentions du législateur de l’immédiat après-guerre.

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Henri Persoz

est un ingénieur à la retraite. À la fin de sa carrière il a refait des études complètes de théologie, ce qui lui permet de défendre, encore mieux qu’avant, une compréhension très libérale du christianisme.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.