Accueil / Journal / Alors, « je lâche prise » ou « je ne lâche rien » ?

Alors, « je lâche prise » ou « je ne lâche rien » ?

   Merveille des expressions toutes faites à la mode. On les entend, on les emploie… Parfois même on ne parle plus qu’avec elles. Écoutez une interview d’entraîneur ou de footballeur après un match… Il doit sans doute exister une école où on leur apprend ces « phrases ». Parfois même, on ne se rend plus compte que non seulement ces expressions ne signifient pas grand-chose, mais, qu’en plus, elles se contredisent. Un journaliste radio (authentique !) : « Ils [les joueurs] ont lâché prise et, du coup, jusqu’à la fin, ils n’ont rien lâché… » J’aurais dit bravo si cela avait été écrit par André Breton, père du surréalisme, ou par Raymond Devos, humoriste des mots et de l’absurde.

  Prenons ces deux expressions une par une. Le « lâcher prise » (curieusement transformé en substantif au passage) nous indique une forme de libération par rapport à soi-même. Il s’agit de dépasser ce qui en nous crée du stress, de l’angoisse, et nous rend infirmes, nous empêche d’être vraiment nous-mêmes. C’est, en quelque sorte, une version psychologique de l’Évangile ramené à soi-même ! Ne devrions-nous pas dire « le lâcher prise selon Matthieu » (ou Marc ou Luc ou Jean) ?

  Ne rien lâcher nous emmène sur la voie du courage. Celui-ci n’est pas ici d’ordre éthique, même si on peut dire que Nelson Mandela « n’a rien lâché » jusqu’à être relâché… Cette expression, encore une fois, nous parle de nous, de notre vie, de nos courages du quotidien, dans nos loisirs (le sport), dans notre travail (performance de l’entreprise, combat contre les plans sociaux,…), dans nos relations aussi sans doute. Une variante psycho-sociale du « courage d’être » cher à Paul Tillich (1886- 1965)… Ne devrions-nous pas renommer son livre « le lâcher prise » ?

  Heureusement, il existe encore des mots à trouver pour approcher le sens d’un concept ou d’une réalité sans sombrer dans la facilité de la langue de bois. La langue spirituelle ou théologique n’est pas en reste. Débusquons les expressions faciles pour trouver le sens des choses. Vaste programme !

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Jean-Marie de Bourqueney

Avatar
est pasteur de l’Église protestante unie. Il est actuellement à Paris-Batignolles. Il participe à la rédaction et à la direction du journal. Il est notamment intéressé par le dialogue interreligieux et par la théologie du Process.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.