Accueil / Le Blog de la rédaction / Ta religion ne compte pas

Ta religion ne compte pas

 J’avais froid, j’étais nu, étais-tu là ?

Ta religion, la couleur de ta peau, ta réputation ne comptent pas :

étais-tu là ?

J’étais sans maison, étais-tu là ?

Ta religion, la couleur de ta peau, ta réputation ne comptent pas :

étais-tu là ?

J’étais malade, étais-tu là ?

Ta religion, la couleur de ta peau, ta réputation ne comptent pas :

étais-tu là ?

Partout où tu vas, je suis pourtant là pour toi

Ta religion, la couleur de ta peau, ta réputation ne comptent pas

Moi, je suis toujours là pour toi.

Traduction Gilles Castelnau

Jésus a dit : Venez, vous qui êtes bénis de mon Père ; prenez possession du royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde.
Car j’ai eu faim, et vous m’avez donné à manger ; j’ai eu soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais étranger, et vous m’avez recueilli ; j’étais nu, et vous m’avez vêtu ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus vers moi… Matthieu 25.32

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Évangile et liberté

.Evangile-et-liberte@evangile-et-liberte.net'

2 commentaires

  1. Mais oui :

    « J’ai eu faim », mais je n’avais pas l’expérience de l’estomac vide ;

    « J’ai eu soif », mais je n’ai pas expériementé cela ;

    « J’étais étranger », mais j’étais chez moi, dans mon cocon douillet, je ne pouvais pas comprendre.

    « J’étais nu », mais je fréquentais les défilés de mode, qu’est-ce que celà voulait dire pour moi ?

    « J’étais malade », mais, moi, en bonne santé, ça représente quoi ?

    « J’étais en prison », celle de ma vie, incompris dans ce monde ; mais moi, j’étais libre de tout : de penser, de croire, de vivre. J’allais et venais comme je l’entendais.

    Je n’ai pas compris grand’chose au monde autour de moi.

    Pas compris le Royaume de Dieu.

    Pas compris que ce Royaume avait du mal à exister, à s’étendre, à combler l’univers.

    Je ne savais pas comment le comprendre. J’étais très heureux sans les autres, sans entendre leurs cris de détresse.

    Je trouvais le monde « génial », sans ce Royaume.

    Et vous ?

  2. Un très beau texte. La vie pratique.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.