Accueil / Le Blog de la rédaction / Un Salvator Mundi indigne

Un Salvator Mundi indigne

Un tableau représentant Jésus et intitulé Salvator Mundi (« sauveur du monde ») a été vendu ce mois-ci à New-York pour la somme astronomique de 450 millions de dollars. C’est, paraît-il, le tableau le plus cher du monde. J’ai beau me dire qu’il s’agit d’une toile et pas de l’évangile lui-même, j’en éprouve un sentiment d’indécence et d’aberration.

Cette opération me semble contredire le sens aussi bien religieux qu’esthétique du tableau. Il n’est plus une œuvre d’art, qui entend exprimer un message et susciter une émotion, il devient une marchandise à la fois chère et rentable (les acheteurs veulent, paraît-il, le louer pour des musées et des expositions).

Jésus, ou plutôt son image, tombe ainsi dans les mains de Mammon. C’est comme si on vendait un portrait de Gandhi pour financer le commerce d’armes ou une photographie de Mandela au profit de la propagande raciste. Jésus aurait été beaucoup mieux représenté (rendu présent) si ces millions avaient été utilisés pour secourir des miséreux.

La presse nous apprend que tant qu’on l’a attribué à un peintre obscur, ce tableau valait beaucoup moins. C’est quand on a découvert qu’il était de Léonard de Vinci que son prix est devenu vertigineux. Nous tombons dans l’absurde le plus pur. C’est sa qualité esthétique, autrement dit sa capacité de nous communiquer quelque chose et de nous émouvoir, qui donne à un tableau son importance. La signature de l’artiste ne le rend ni plus ni moins beau et ne devrait pas en multiplier le coût.

À propos André Gounelle

est pasteur, professeur honoraire de
l’Institut Protestant de Théologie (Montpellier), auteur
de nombreux livres, collaborateur depuis 50 ans d’Évangile
et liberté.

2 plusieurs commentaires

  1. jlouis.py@orange.fr'

    Ce n’est pas de l’art, c’est le marché de l’art ! Que ce soit une toile représentant Jésus ou que ce soit une toile représentant Vénus n’y change rien. Pour les marchands, il s’agit d’une marchandise qui a un cours, en fonction de ce qu’elle peut rapporter. Combien de millions d’euros a rapporté le portrait de Che Guevara ? Que ce soit une icone anticapitaliste importe peu pourvu qu’il rapporte. Non, le marché n’a aucune morale.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*