Accueil / Le Blog de la rédaction / « Rebelle, pourquoi pas ? » par Émile Mihière

« Rebelle, pourquoi pas ? » par Émile Mihière

Préface

Danyel Camain

Académicien de Provence

Président de Provence-Poésie Éditions

Un ami !

Un sourire, un ami, c’est toujours la fête quand on le retrouve. Et le revoilà, ce langage direct de l’homme d’exception. et à travers ses textes, un peu de sa vie !

Replongez avec moi dans le monde de « Milou » :

Émile Mihière, poète particulier à la fois pamphlétaire et naturaliste, et « Rebelle, pourquoi pas ? » C’est un titre de noblesse qui définit bien l’orientation. de son existence …

L’étoile qu’on accroche au faîte du sapin illumine le ciel de sa montagne et, comme elle, il survit à l’érosion, la neige dans ses cheveux et le ciel au fond de ses yeux.

Toujours empli de contradictions, mais fidèle à lui-même, pasteur anticlérical. anarchiste pieux, militant pacifique pratiquant les arts martiaux, … Il réplique et récidive.

Tous ses chemins le ramèneront encore à Aubagne plutôt que vers Rome.

L’auteur vous entraîne, ici, sur des traces historiques ou hystériques … Au pied du mur !

C’est un edelweiss givré qu’il vous a gardé au chaud ! Une fleur du passé qui nourrit l’avenir. La magie du verbe qui sabre la langue de bois de nos faux prophètes ..

Indignez-vous ! Stéphane Hessel est mort mais il reste des adeptes.

Et il en faudra pour que le monde survive !

Alors, plongez-vous au cœur de ce réalisme troublant …

Quand même !
Amos… L’Intrépide

Vers sept cent cinquante dans le Nord d’Israël,

Bien avant Jésus Christ, les Juifs adoraient Dieu ;

La Bible nous présente en Voix venue du ciel

Celle d’un vieux berger aux paroles de feu …

A côté des grands noms : Abraham ou Moïse,

David le bien aimé et son fils Salomon

Font face aux Grands Prêtres tous ceux qui prophétisent

Pour garder le peuple dans la vraie religion …

On trouvait en ce temps la religion d’état.

Belles cérémonies, des fêtes magnifiques ?

Des prophètes de Cour, dont le chef Amassia

Gérait avec le Roi l’État Théocratique.

Le Temple toujours plein, les processions suivies,

Sabre et puis goupillon s’en donnaient à cœur joie.

Si le Droit, la Justice … personne ne s’en soucie,

Les pauvres maltraités, les riches qui festoient …

Alors surgit Amos : c’est un berger prophète.

Il parle et il écrit à tout risque et péril,

Délaissant son troupeau, il crie et il tempête,

Notre Dieu d’Israël a un autre profil.

Il est Universel pour toutes les nations,

C’est un Dieu de Justice : même les misérables

Ont droit à son amour ; obéissez, sinon

Yahvé va vous montrer de quoi il est capable …

Tel lion qui rugit, Amos est déchaîné

Au nom du Dieu vivant qu’on a mis en colère,

Il perçoit contre lui le Roi et le clergé

Et on l’a exilé, renvoyé sur ses terres.

Il a fini sa vie au milieu au troupeau,

Les prophètes de Cour ont pu faire carrière,

Mais quelques mois après l’exil de notre héros

Israël a subi un tremblement de terre …
Jean Huss

On t’a brûlé, Jean Huss, je voudrais évoquer

Ce qu’on pourrait nommer « Vision Panoramique » :

Il parait qu’en mourant, on voit se succéder

Les moments de sa vie, enfin les plus épiques.

Tu étais à la fois rebelle autant que prêtre

En aimant les pauvres, méprisant les pouvoirs

Tu as toujours gardé la fibre populaire,

Tu étais pour le Tchèque un dangereux espoir.

Contre le clergé riche et contre l’indulgence,

Tu voulais revenir au Prophète Jésus

S’élevant contre Rome entrant en résistance,

Tu étais comme lui : un autre Spartacus.

Spartacus pacifique en refusant les armes,

Ta foi te soutenait, la Bible au fond du cœur,

Plus tard dans ta prison, en refoulant tes larmes,

Tu as tenu le coup, torturé mais vainqueur.

On avait réuni à Constance un Concile

Concile de brigands, on l’avait renommé.

Face au pauvre Jean Huss, armé de l’Évangile

Des prélats, des docteurs, qui se sont animés !

Et durant de longs mois, des questions et des pièges

Qui t’ont fait déclarer : prêtre blasphémateur,

Car c’était un danger pour tous les privilèges

De l’Église, du Roi et de tous les Seigneurs.

Contre toi, les papes, alors s’en comptaient trois,

Les princes de l’Église, Évêques, Archevêques,

Cardinaux, professeurs, tous aux ordres du Roi,

Tu étais simplement représentant de Tchèques.

Alors, ils ont gagné, les envoyés de Rome,

Ou bien ceux d’Avignon. Ils se sont acharnés :

Portés sur un chariot, comme bêtes de somme,

Brûlés et dépecés … rien ne doit subsister.

Mais les Tchèques amis ont emporté la terre

Où a pris le bûcher du martyre Jean Huss,

Puis ils l’ont emporté à Prague et leur colère

A soulevé le peuple au nom de Spartacus …

Enfoui sous la terre un grain peut bien mourir,

Il ne reste pas seul, et remplis de vigueur

Les bourgeons fleuriront, comme on a vu surgir

Huss après ton martyre … « L’Amour libérateur ».
Marie Durand, la Rebelle

Cité d’Aigues-Mortes si célèbre autrefois,

Sous Louis neuf dit Saint Louis avec ses deux croisades

Qui partirent de là. Sous prétexte de Foi

Combien vit-on de morts, de blessés, de malades ?

Le roi pestiféré, l’armée est décimée,

Reste son souvenir dans ce bourg d’Aigues-Mortes

Que le fils de Saint Louis a fait fortifier ;

Il construisit la Tour, barricadant les portes.

Et c’est là que plus tard, dans la Tour de Constance

On enferme les gens passibles de prison.

Imitant son père, Louis quinze, roi de France,

Jette les protestants traqués par ses dragons.

Car les dragons du Roi chassaient les infidèles

A l’appui du pape c’est « Sus aux Huguenots ! ».

Ils étaient hors la loi, on livrait ces rebelles

Voués à la prison, aux galères, aux bourreaux.

C’est ainsi qu’on a pris la petite Marie :

Elle a quinze ans à peine on l’enferme au cachot,

Et pendant des années elle n’a pas failli,

Les gardiens murmuraient : « C’est ça les Huguenots ! ».

On a tout essayé : les coups et les menaces.

Elle a tenu le coup, cinquante années durant,

Têtue et obstinée ? Les bourreaux qui se lassent

A la fin épuisés … Vive Marie Durand !

Pour mieux symboliser sa raison de survivre

Dans ce cachot de pierre où on vient t’écrouer,

Elle a gravé ici bien mieux que dans un livre ;

Dans le roc encastré vit le mot RÉSISTER…


Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Évangile et liberté

Avatar

3 commentaires

  1. Avatar

    Rebelle, pourquoi pas ?

    ” Les personnalités, rebelles comme lui, dont il pense qu’elles ont tracé la voie pour une humanité novatrice”.

    Serait-ce un privilège que d’avoir de telles personnalités ?

    Mais quel privilège : celui d’inscrire son nom dans l’histoire de l’humanité ou celui d’avoir apporté quelque chose de nouveau et d’intéressant, dans ce monde ?

    Le privilège, de savoir dessiner des chemins possibles, afin que chacun puisse choisir et entrer dans celui de sa propre vie ?

    Des personnalités qui ont a coeur la non-conformité, le mépris du qu’en-dira-t-on.

    Prêtes à assumer les disgrâces d’une “humanité inhumaine” pour plus grand et plus beau.

    Elles sont belles ces “rebelles”.

  2. Avatar

    Bonjour Lyber-thé! Je ne pense pas que ces personnalités

    aient à coeur la non-conformité( comme certains “artistes” ont à coeur de choquer pour choquer). Il me semble plûtôt que ces personnalités ne se sont pas posé la question de leur conformité ou non-conformité, elles ont agi selon leur foi.

  3. Avatar

    Je ne sais pas.

    Chacun son avis.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.