Accueil / Le Blog de la rédaction / La France et la Réforme

La France et la Réforme

Les Français détestent les réformes, a dit Emmanuel Macron. Même s’il n’y a pas grand rapport entre les réformes auxquelles il pense et celle dont on célèbre cette année le 5ème centenaire, ce propos ne peut que frapper les oreilles des protestants.

 

C’est vrai que les français n’ont pas accueilli leur Réforme; ils ont tout fait pour l’éliminer. Jusqu’à une époque récente, dans certains courants littéraires et politiques de notre pays, s’exprime une détestation du protestantisme accusé d’être étranger à l’esprit français et d’avoir sur lui, aussi bien spirituellement que socialement, une influence délétère et destructrice.

 

Au 19ème siècle, l’historien Edgar Quinet a soutenu que l’inaptitude de la France a vivre une démocratie équilibrée et fraternelle (il songe à la Terreur et à l’Empire) était liée à son rejet de la Réforme. Même quand ils font la Révolution, les Français gardent la nostalgie d’un pouvoir incarné par une forte personnalité et l’idéal d’une unanimité nationale. Ils n’ont pas su se détacher du modèle totalitaire inculqué par l’Église médiévale.

 

C’est évidemment très discutable. Ce qui est sûr, c’est que le semper reformanda fait partie de la vocation du protestantisme. Quand il considère que la Réforme a été faite dans le passé, qu’elle est achevée et n’est donc plus à faire, quand l’emportent en son sein réticences et résistances à toute avancée, il n’est pas fidèle à lui-même. Une foi évangélique oriente plus vers un avenir à construire qu’elle n’enracine dans un passé à maintenir.

À propos André Gounelle

est pasteur, professeur honoraire de l’Institut Protestant de Théologie (Montpellier), auteur de nombreux livres, collaborateur depuis 50 ans d’Évangile et liberté.

Un commentaire

  1. a.jaussi@jaussi-consulting.ch'

    Et voilà que Régis Debray voit le développement de la société devenue hédoniste, néo-libérale et anti-étatique dans un protestantisme ré-importé des USA surtout, protestantisme revisité qu’il qualifié de « néo-protestantisme » (a-t-il une relation avec néo-protestantisme, surtout allemand du XIXe siècle ?), qui est surtout un protestantisme « evangelical » de type électron-libre, dans lequel la Grâce est réservée pour ceux qui ont la (leur) foi et n’est ainsi pas gratuite. J’ai pu suivre les réactions de Olivier Abel sur France Culture et dans Le Monde sur ce sujet. Un excellent commencement de débats et merci à lui. Nonobstant le fait que beaucoup de ces mouvements « evangelical » ne sont pas ma tasse de thé, je suis quand même un peu irrité que le protestantisme puisse être perçu comme une cause de malheur. Car c’est justement à cause de mon identité protestante réformée que je veux être un bon citoyen, vivre avec et pour les autres quels qu’ils soient, dans un Etat qui doit être juste, solidaire et social, imprégné des valeurs des Lumières et respectueux des droits fondamentaux. C’est justement à cause de mon identité protestante réformée que j’essaie d’être libre et responsable.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*