Accueil / Le Blog de la rédaction / Utopie présidentielle

Utopie présidentielle

Dans les républiques présidentielles d’aujourd’hui, beaucoup de choses dépendent de la personnalité du chef de l’État. Il est normal que les citoyens en tiennent compte dans leur vote. Seul un angélisme naïf peut rêver qu’on écarte des campagnes électorales les questions de personnes.

Malheureusement, ces questions détériorent, jusqu’à les rendre sordides, les débats. Au lieu de discuter des programmes et des orientations, on y essaie par tous les moyens possibles de déconsidérer l’adversaire par des attaques et des rumeurs venimeuses. Elles sont peut-être plus brutales aux États-Unis, plus sournoises en France, mais la différence tient au style plutôt qu’au contenu.

La première République française (1795-1799) avait imaginé de mettre à sa tête un directoire de cinq membres. Le bilan en a été très mitigé. N’y a-t-il pas là, pourtant, une formule intéressante entre un régime d’assemblée trop anonyme et un gouvernement monarchique trop personnel ? Un collège présidentiel de plusieurs personnes liées par un pacte précis et non rééligibles comporte certes  des risques ; en avons-nous moins avec un Président unique ? À Pierre tout seul sur le trône papal, je préfère le collectif restreint de Douze disciples, bien qu’il n’ait rien d’idéal et n’empêche pas tensions, dérapages et paralysie. J’ai conscience du total irréalisme politique de mes préférences, mais je constate aussi les échecs et dérives d’un réalisme apparemment plus raisonnable.

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos André Gounelle

Avatar
est pasteur, professeur honoraire de l’Institut Protestant de Théologie (Montpellier), auteur de nombreux livres, collaborateur depuis 50 ans d’Évangile et liberté.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.