Accueil / Archives de cet auteur: Vincens Hubac (rche 3)

Archives de cet auteur: Vincens Hubac

Avatar
est pasteur de l’Église protestante unie de France au Foyer de l’âme, à Paris. Il est engagé dans la diaconie et intéressé par le transhumanisme.

Bethel, une association de réinsertion

Pour ceux qui échappent à la drogue, comme pour ceux qui sortent de prison, la réinsertion dans la société est une étape fondamentale qui détermine largement l’avenir. L’association Bethel propose une formation en artisanat d’art qui aide à réinsérer d’anciens toxicomanes.

Lire la suite...

Les baisers de Sonia

  Sonia est là. Elle est assise au premier rang, comme toujours, quand elle vient. Elle ouvre grand les yeux. Ses cheveux sont raides et sales, les veinules tracent sur ses joues tout un labyrinthe. Sonia sourit… Quand j’ai fini ...

Lire la suite...

Pour un peu de savon

Lorsque nous croisons des personnes en difficulté, nous pensons d’abord aux besoins de vêtements et de nourriture. Mais, nous rappelle Vincens Hubac, l’hygiène est également fondamentale pour conserver l’estime de soi.

Lire la suite...

La Satire Ménippée

Trop oubliée aujourd’hui, La Satire Ménippée est une oeuvre importante de la fin du XVIe siècle, qui est venue au secours de la royauté. C’est grâce à elle qu’Henri de Navarre a pu devenir Henri IV.

Lire la suite...

« À un ami israélien »

Les relations difficiles entre Israël et la Palestine font l’objet d’un livre écrit par Régis Debray, en dialogue avec Élie Barnavi, ancien ambassadeur d’Israël en France. Deux regards lucides et intelligents sur le drame de cette terre.

Lire la suite...

CIEUX

Le dialogue interreligieux est nécessaire à une vie commune enrichissante et agréable. L’association CIEUX se donne pour objectif de développer de telles rencontres, et Vincens Hubac en fait partie depuis sa création.

Lire la suite...

S’il me manque l’amour

La dame apporte un couffin. Elle prend l’enfant comme on prend une poupée désarticulée, puis elle dépose le bébé dans le cercueil. Pas un mot, silence. On aurait aimé entendre le sanglot étouffé de parents abattus par le chagrin. On ...

Lire la suite...