Accueil / Culture / L’accueil radical à l’homosensibilité 

L’accueil radical à l’homosensibilité 

En matière de terminologie, Nicole Rochat préfère utiliser le terme « homosensibilité » pour ne pas réduire les réflexions au simple domaine physique. Très banalement et prosaïquement, cet ouvrage use d’une bonne pédagogie pour donner des informations concrètes sur les sexualités, car pour les générations les plus anciennes ce n’est pas un domaine qui était facilement abordé. Aujourd’hui le discours est beaucoup plus « libéré » au moins dès l’adolescence mais, en ce qui me concerne, la différence entre hétérosexualité et homosexualité ne m’est pas apparue avant les premières années d’université, et encore !
La « non-violence » est un principe car, quels que soient les désaccords, jamais les propos ne sont agressifs ni méprisants pour qui ne pense pas comme l’auteure. Autres principes pour engager le débat : la Bible n’est pas « une leçon de morale », la sexualité n’est pas un tabou et ne doit pas être « démonisée ». À ce propos, il y a maintenant plus de quarante ans, un professeur de philosophie et de religion au Sacré-Cœur en Italie insistait énormément dans son enseignement sur le fait que la sexualité faisait entièrement partie du langage d’un couple. Évidemment, il y a quarante ans, l’homosexualité était encore un sujet qu’on ne traitait pas, mais il me semble qu’il faisait un grand pas en avant par rapport à l’Église catholique italienne de cette époque. Ce livre est paru peu avant que la Suisse ait dit « oui » au mariage pour tous à une grande majorité et cela permet de penser que ce livre va être un élément important de réflexion dans les Églises, surtout pour celles et ceux qui n’ont pas dit « oui ». Que les Églises doivent être inclusives semble une évidence mais beaucoup pensent encore qu’accepter passivement la présence est déjà une preuve d’inclusivité : « si un (e) homosexuel (le) se présente à la messe, on l’acceptera et on ne le/la mettra pas dehors » est , pour certains, une parole d’inclusivité, donc une preuve d’ouverture !
On peut être reconnaissant à Nicole Rochat de montrer qu’il faut faire « éclater » un tel contexte au nom de l’amour et de la liberté que nous offre Dieu en Jésus-Christ. En conclusion, un livre intéressant et qui pose sainement les avancées qui semblent nécessaires. Les textes bibliques qu’il revisite ont le mérite de ne pas seulement être ceux qui alimentent les passions populaires mais ouvrent le débat et la réflexion sur des épisodes beaucoup plus éclairants et auxquels on ne pense pas toujours : par exemple le mariage avec des femmes étrangères ou encore les textes de création de Genèse 1 et 2. Cette dernière problématique n’est d’ailleurs pas le seul fait du christianisme : on la retrouve développée de façon assez semblable par la rabbine Delphine Horvilleur et c’est intéressant de voir qu’avec les travaux sérieux d’exégèse les points de vue (qui peuvent être ressentis comme très différents par l’ensemble de la population) se rapprochent énormément et que c’est, sans doute, par ce biais qu’on pourra avoir un dialogue interreligieux fertile.

Nicole Rochat, Homosensibilité et foi chrétienne, Lyon, Olivétan, 2021, 249 pages.

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Christiane Chambraud-Nani 

Après une maîtrise de lettres, elle enseigne pendant 35 ans dans différents établissements dans plusieurs pays, obtient un master de linguistique médiévale puis étudie la théologie pendant sa retraite (master- recherche en exégèse du Nouveau Testament, Montpellier).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.