Accueil / Société / Soutenons la caricature !

Soutenons la caricature !

Le nouveau président de l’association Évangile et Liberté, Pierre-Olivier Léchot, réagit à l’attentat terroriste de Conflans-Sainte-Honorine et rappelle l’attachement de ce mouvement à la liberté d’expression.

« A qui appartient Dieu ? »

La réponse à cette question de Dacha, l’héroïne de la célèbre pièce Nathan le Sage de Gotthold Ephraïm Lessing, est évidente : à personne ! Dieu n’appartient à personne et surtout pas à ceux qui croient le défendre en tuant, en menaçant et en excluant. Dieu n’appartient à personne et surtout pas à celui qui, vendredi soir, a ôté la vie de la pire des façons à un enseignant dévoué, en prétendant se faire le représentant de Dieu.

Car Dieu est au-delà des hommes, de leurs représentations, de leurs idées et de leurs fantasmes. Dieu est indisponible, insaisissable – on ne saurait en faire façon ! Dieu, dès lors que l’on entend s’en emparer, s’éloigne. Il est l’indocile par excellence, celui qui déjoue sans cesse nos tentatives de l’enfermer, de le définir et de le cerner. Et c’est précisément parce qu’il se dérobe à nos représentations et à nos calculs pour nous saisir de lui, c’est justement parce qu’entre lui et nous existera toujours cette « longue distance » dont parlait jadis Calvin qu’il peut être source de vie, de créativité, d’imagination et d’inventivité. C’est parce qu’il n’est jamais là où nous l’attendons, parce qu’il est sans cesse ailleurs et pourtant toujours à côté de nous, que Dieu nous inspire, nous transforme et nous libère.

Vouloir se saisir de Dieu, vouloir le rendre disponible à nos représentations ou nos critères de bienséance, voilà le véritable blasphème ! Ce n’est pas de le représenter lui ou ses envoyés qui constitue le fondement suprême du péché contre l’Esprit – c’est de vouloir nous l’arroger, le posséder et le réduire à ce que nous pensons qu’il est. Dieu est le premier hérétique, parce qu’il est celui qui, justement, nous apprendra toujours quelque-chose de surprenant, d’inédit et d’incongru à son sujet. Prétendre qu’il est ici et pas là, qu’il est comme ceci et non comme cela ou encore qu’il exige ceci et interdit cela – voilà le parfait blasphème, le péché capital ! C’est pourquoi le rire de ceux qui le caricaturent, lui ou ses envoyés, est salutaire : il aide les croyants à se laisser déplacer, à se demander si le Dieu qu’ils s’imaginent n’est pas finalement une représentation bien incomplète (et pourquoi pas dangereuse) de celui qui, par-delà nos idées reçues, est toujours en surplus. Car se moquer des images que nous nous faisons de Dieu n’est pas seulement un droit inaliénable, celui de la liberté d’expression – c’est un devoir ! Il est donc crucial, aujourd’hui, que nous, croyants, puissions le redire sans aucune espèce d’hésitation :

Mesdames et Messieurs les caricaturistes, quand bien même vos dessins nous déplairaient, continuez ! Oui, continuez votre travail d’ironie mordante, continuez à rire de nos images – Dieu vous voit et vous en remercie !

Pierre-Olivier Léchot, président d’Évangile et Liberté.

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Pierre-Olivier Léchot

Avatar
est docteur en théologie et professeur d’histoire moderne à l’Institut Protestant de Théologie (faculté de Paris). Il est également membre associé du Laboratoire d’Études sur les Monothéismes (CNRS EPHE) et du comité de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français (SHPF).

6 commentaires

  1. Avatar
    itsouhou mbadinga -nyongo

    Permettez-moi de m’interroger car cette histoire de caricatures me dépasse dans tous les sens. Déjà, je ne peux que m’indigner contre ce crime affreux produit dans notre pays. C’est folie que d’ôter la vie à un homme au nom de “Dieu” et barbarie que de le décapiter. Je pense à la famille de la victime qui vivra longtemps avec cette vision monstrueuse de la décapitation d’un proche. Il est évident pour nous protestants que Dieu n’est pas une propriété. Je crois que c’est la même chose pour les musulmans. Ce n’est alors pas la caricature de Dieu qui choque me semble-t-il mais plutôt celle de leur Prophète Mahomet. Evidemment, je suis incapable de dire pourquoi les musulmans s’émeuvent à ce point mais je vois quand même la souffrance que cela génère même chez ceux qui sont très modérés et je ne pense pas qu’ils soient intellectuellement retardés par rapport à nous. Avons-nous besoin, nous Occident, de créer tout cet émoi? Quand je raisonne en citoyenne, je me dis que c’est un droit de caricaturer Mahomet et basta pour ses fidèles mais quand je le fais en chrétienne, je trouve ça incohérent car chaque jour, je demande à mon Dieu de ne pas me laisser entrer en tentation; que vaut alors ma prière si moi-même je me plais à devenir l’instrument de la tentation de l’Autre en publiant ces caricatures sur mon réseau social? J’ai très bien compris la place de la caricature dans notre société mais nous ne pouvons mettre de côté le fait que les sociétés sont mouvantes, que les frontières deviennent plus idéologiques que terrestres et que l’intrication est plus que complexe. Permettez-moi de citer ici le Pape François qui disait que l’humilité est l’instrument de la rencontre. Je pense qu’il a tellement raison mais peut-être n’est-ce qu’un rêve pieux. En tant que chrétien, humble et frère de l’Autre, est-il normal de soutenir des caricatures de ce type (je pense surtout à celle qui montre l’arrière-train dénudé de Mahomet)? J’attends de lire vos réponses éclairantes. Merci.

    • Avatar

      Et bien vous oubliez les colères de Jésus …..contre les religieux les traitent de race de vipère et de sépulcres blanchis, utilisant une verge pour les frapper dans la cour du temple et vous êtes choquée devant un dessin caricatural
      Un dessin reste un dessin et non une représentation humaine ….Le satirique permet de remettre en question les comportements, ceci avec humour, y compris grinçant …il faut parfois aller jusque là pour ouvrir des yeux embués d’idéologies 🤔

      Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! parce que vous ressemblez à des sépulcres blanchis, qui paraissent beaux par dehors, mais qui, au dedans sont remplis d’ossements de morts et de toute impureté.

      https://theotex.org/nta/Matthieu/Matthieu_nta_61.html

  2. Avatar
    itsouhou mbadinga -nyongo

    Merci d’avoir pris le temps de réagir à mes interrogations. Mais voyez-vous elles ne se dissipent toujours pas. Pour rebondir sur votre exemple, Jésus s’adressait à des ministres du culte qui étaient loin de faire la volonté de son Père et qui de ce fait étaient de mauvais conducteurs pour des milliers d’âmes. Il ne s’en est pas pris à Moïse. S’il l’avait fait, il aurait été lapidé, ou banni, bien avant de monter sur la célèbre croix.
    Mais merci pour ce partage biblique qui est vraiment de circonstance. J’ose espérer qu’il y a des “Jésus” dans les nombreuses branches de la religion musulmane qui s’en prennent de la même façon à ceux qui aveuglent les innocents.

    • Avatar

      MERCI pour votre réponse et son développement …Jésus ne s’en ai pas pris à Moïse car il n’était pas né … cependant il fut tué par les religieux dans le temps de Dieu …. pour nous racheter , donc sur décision de Dieu et acceptation de son fils de mourir à notre place ….ce qui est une liberté suprême , puisque unique et décisive.

      Les huguenots ont dû assumer les caricatures des catholiques pour défendre leur liberté de conscience face à une religion d’état semblable à la religion musulmane .…
      Le massacre de la Saint-Barthélemy est le massacre de protestants déclenché à Paris, le 24 août 1572, jour de la saint Barthélemy, prolongé pendant plusieurs jours dans la capitale, puis étendu à plus d’une vingtaine de villes de province durant les semaines suivantes et même les mois suivants.

      Résultat
      Entre 10 000 et 30 000 assassinats dans la France entière, selon les sources.

      Je suis pour la république que les protestants ont aidé à mettre en place ,y compris les écoles de la république ….. Alors oui aujourd’hui je défends cette précieuse liberté de conscience , contre ceux qui en veulent à la république qui leur permet de vivre et bien vivre dans note pays .

      La grande théologie du remplacement est à l’œuvre contre nos libertés de croire en notre Dieu, car il s’agit bien d’une religion politico- musulmane pour établir leur pouvoir politique sur notre nation …Aussi attention à nos prises de positions qui pourraient nous coûter très très cher !!!

      • Avatar
        itsouhou mbadinga -nyongo

        Je vous remercie d’évoquer la liberté conscience. La liberté de conscience chèrement acquise devrait me semble t-il amener chaque individu à respecter les croyances d’autrui, les croyances des autres fussent-elles absurdes à nos yeux, à croire ou ne pas croire en Dieu, à ne pas persécuter ou harceler l’Autre pour ses convictions. J’ai la grande chance d’être multiculturelle, donc j’ai l’avantage de connaître via mon autre culture ce que vous appelez la grande théologie du remplacement. Elle a été menée à travers le monde par les musulmans, les catholiques et les protestants. Alors même que la liberté de conscience était reconnue depuis très longtemps aux peuples en Europe, des protestants missionnaires la refusait encore à l’Autre le siècle dernier. Bref, tout le monde est pour la République (enfin je pense à part quelques illuminés fanatiques) parce qu’elle nous garantit à tous cette liberté de conscience. Les caricaturistes ont aussi leur liberté de conscience. Mais je préfère retenir les propos de M. Macron qui disait que la liberté d’expression implique aussi une décence commune, une civilité et un respect. J’espère que ça vaut pour tout le monde. Quand je vois les caricatures trash de Mahomet à genou, les fesses à l’air et les testicules pendantes…je m’interroge quand même sur la finalité de ce type de caricature.
        Je ne suis pas dans une prise de position, je suis une chrétienne qui s’interroge tout simplement et qui préfèrerait vivre dans une société fraternelle et bienveillante. Merci encore pour cet échange. Bien à vous.

  3. Avatar

    “Tuer un homme ce n’est pas défendre une doctrine, c’est tuer un homme” disait Castellion en 1553. Le meurtre face à la liberté d’expression, le meurtre face à un petit dessin…Les caricatures scabreuses me choquent, j’ose le dire et elles n’enrichissent pas ma foi et ne me font pas rire. Je ne supporterais pas qu’un des miens en soit l’objet. La seule vertu que je leur reconnais c’est celle de pointer du doigt les extrémismes religieux qui veulent nous imposer par la violence leur vérité. Et si l’on venait à brider ce mode d’expression provocateur et insultant, il est bien certain que l’idéologie sous jacente au terrorisme islamiste s’en prendrait à toutes les autres formes de liberté pour lesquelles on se bat dans notre société et qui n’ont pas le droit de cité dans certains états où pouvoir et religion se confondent.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.