Accueil / Journal / Tenir tête aux nouveaux lapidateurs

Tenir tête aux nouveaux lapidateurs

 

S’il y a bien quelque chose que le christianisme peut apporter à notre société en ce moment, c’est le rappel que tous, je dis bien tous, nous sommes pécheurs. Jésus, à qui on demande son avis sur une femme qui a commis un adultère et qui est menacée d’être lapidée, déclare : « Que celui de vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle. » Le texte précise que tous les accusateurs s’en vont.

À l’heure où certains se rêvent en justiciers qui démasqueraient ceux qu’ils considèrent comme hypocrites, allant jusqu’à violer leur vie privée et la dévoiler à toute une société, il est urgent de proclamer ceci : nous sommes tous pécheurs, nous sommes tous impurs et si notre valeur dépendait des jugements moraux de l’un ou l’autre de nos concitoyens, nous ne serions rien. Il n’appartient heureusement à personne de déterminer notre valeur humaine. Nous ne connaissons que partiellement les autres, nous voyons la surface et nous sommes aveuglés par nos propres limites. Le fondement de nos relations devrait donc être le respect absolu de la part intime de chacun. Le rêve de la transparence nous conduit directement vers la violence symbolique ou réelle, vers le flicage de tous, vers le totalitarisme.

Nous devons refuser que notre valeur en tant qu’être humain puisse être déterminée par les règles morales dont un groupe se revendique. Les soi-disant « luttes » pour le bien érigé en idole mènent aux pires horreurs : on y sacrifie les individus. Que l’on songe aux dizaines de millions de morts du communisme en URSS, aux enfants enfermés dans des goulags. Qu’il était beau, l’idéal du partage et de l’égalité ! Qu’il a été abject, dans la réalité. Cessons de penser que nous pouvons imposer aux autres notre vision du bien, du moral, du pur. Quand la vie privée d’un homme est violée par ceux qui poursuivent une illusion de pureté et qu’il est livré à la lapidation populaire, fut-elle virtuelle, Dieu se tient à ses côtés.

 

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Abigaïl Bassac

Avatar
est titulaire d’un master de l’École Pratique des Hautes Études (section des sciences religieuses) et étudiante en master de théologie à Genève. Elle est assistante des enseignants à l’Institut Protestant de Théologie et directrice de la rédaction d’Évangile et liberté.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.