Accueil / Culture / Dialogue

Dialogue

 

Dans la multitude des façons d’être juif ou musulman, ce livre présente la façon très particulière de Delphine Horvilleur d’être femme, juive et rabbin en France au XXIe siècle en dialogue avec la « manière singulière » d’être musulman de Rachid Benzine, universitaire. Ce dernier ne craint pas d’appliquer les sciences humaines pour une meilleure intelligence du Coran.

Tous deux se reconnaissent « gens du Livre » et se sont « sentis interpellés par le texte de l’autre ». Ce sont deux intellectuels invités à échanger en compagnie de Jean-Luc Marion, philosophe catholique, à l’occasion du Forum Le Monde – Le Mans, sur les « questions importantes pour les deux religions : le rapport à l’histoire, à la terre, à la politique, à la filiation, à l’héritage » et, dans le dernier chapitre, à Dieu.

L’un et l’autre « revendiquent la liberté de la recherche et de la parole religieuse, une liberté responsable qui prend en charge les questions, affronte les conflits de l’heure ». Comme les protestants libéraux, ils sont convaincus « que d’être fidèle à sa religion ne consiste pas à cultiver l’identique ». Ils affirment que les monothéismes « sont nés à un moment de l’histoire et donc sont marqués par elle » et qu’il faut « admettre que la pensée se développe dans le temps ».

Delphine Horvilleur suggère « que la révélation au mont Sinaï n’est pas tant un événement du passé que de notre présent ». De même avec Rachid Benzine, « le Coran est situé dans une histoire, une histoire de l’interprétation » alors que d’autres voudraient faire de l’événement quelque chose d’anhistorique.

Si Coran signifie récitation, « réciter suppose l’écoute ». Voilà au moins un point de convergence entre juifs et musulmans : la priorité de l’écoute. Tous deux interrogent le rôle de la tradition qui est à « revivre à chaque fois comme une nouveauté » affirme Benzine.

L’échange se poursuit apportant des informations au lecteur sur les pratiques et les dogmes. Ils s’interrogent sur « l’obsession de la pureté des origines », sur la quête d’identité dans une société mondialisée. Le lecteur est invité à une difficile maturité, « celle de pouvoir vivre avec l’absence ».

Cet ouvrage est un appel à penser sa propre religion avec lucidité et courage, en acceptant de renoncer aux idoles et à tous les veaux d’or, « une perte des illusions », en reconnaissant que pluralité et altérité sont des invitations aux rencontres et aux dialogues avec intelligence et tolérance.

Delphine Horvilleur, Rachid Benzine, Des mille et une façons d’être juif ou musulman, Paris, Seuil, 2017, 256 pages.

 

À propos Michèle Pourteau

a été enseignante en IUFM pour la formation des professeurs des écoles. À la retraite, elle poursuit des activités de formation, que ce soit au Bénin à Songhaï, centre de formation agricole pour l’élaboration des projets d’entreprise des agriculteurs, ou dans le cadre d’une université de théologie en ligne (domuni.org).

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.