Hallyday

Je l’avoue : Johnny Hallyday ne m’a jamais ému ni touché si peu que ce soit. Ce n’est pas le genre de musique que j’apprécie et je suis incapable de citer une seule des ses chansons. Je ne suis pas hostile, je n’ai rien contre, elles me laissent indifférent. J’ai peut-être tort, mais je ne vais pas faire semblant d’être désolé.

Du coup, j’ai trouvé interminable le déferlement d’émissions, d’articles de journaux et de cérémonies. De plus, je n’ai vraiment pas beaucoup de goût pour les grands rassemblements (y compris quand ils sont protestants). Ces moments de communion et de fusion au sein d’une foule me mettent mal à l’aise, comme si la masse écrasait et étouffait cœur et cerveau.

En a-t-on trop fait, comme l’a écrit un journaliste ? Je n’en sais rien et je me garde de me prononcer. Ceux qui ont besoin de s’exprimer ainsi ont le droit de le faire, d’autant plus que personne, Dieu merci, n’oblige les autres à se mettre au diapason. Au temps des persécutions, on forçait les réfractaires à participer aux célébrations communes, pas ici. Demeure, cependant, en moi l’impression peu agréable de me trouver à l’écart, à contre-courant et « hors du coup ». Je me dis que c’est après tout très protestant ;  notre culture nous prépare à refuser, sans agressivité ni jugement, de se conformer aux majorités. Je résiste donc intérieurement aux émotions et aux passions collectives. Ce n’est pas par vertu et je n’y ai aucun mérite ; je suis, ou on m’a éduqué, comme ça.

 

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos André Gounelle

Avatar
est pasteur, professeur honoraire de l’Institut Protestant de Théologie (Montpellier), auteur de nombreux livres, collaborateur depuis 50 ans d’Évangile et liberté.

3 commentaires

  1. Avatar

    Un excellent billet sur Johnny Hallyday. J’en partage tous les termes et toute l’orientation. M.T.

    • Avatar

      Quant à moi j’ai regardé le mouvement de la foule sur BFM TV et j’ai été très frappé des témoignages des gens interviewés : ils disaient tous, chacun à sa manière que les chansons de Johnny Hallyday leur avaient fait du bien, leur avaient redonné du courage et de l’élan lorsqu’ils étaient déprimés.
      A certains moments la foule entière chantait en choeur une de ces chansons toniques.
      Ce n’est pas rien.
      Moi, je trouve qu’il ne chantait pas bien mais que son ton, son style, son regard étaient effectivement dynamiques, fraternels, amicaux.
      Ses fans disaient qu’ils avaient l’impression d’être reconnus, acceptés, aimés.
      Ce n’est pas rien.
      En tant que pasteur, j’aimerais que mes prédications encouragent, rassemblent, dynamisent les gens et qu’ils ne sentent aimés.
      Et après tout ce n’est pas parce que Jésus-Christ est nommé que l’Évangile est prêché, c’est parce que son dynamisme créateur est à l’oeuvre.
      Je pense que c’était le cas.

  2. Avatar

    Halliday, c’est le résultat tonitruant des Français à se sentir Américains.
    Et ce Halliday payait ses impôts en Suisse.

Répondre à Roland Berger Annuler la réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.