Accueil / Culture / Dieu des vengeances et de toute cruauté ?

Dieu des vengeances et de toute cruauté ?

 

Le bibliste Philippe Abadie vient de publier un petit livre tonique sur le thème de la violence. L’ouvrage prend place dans l’astucieuse collection Ce que dit la Bible sur…, qui aborde les thèmes les plus variés : le pouvoir, la miséricorde, la femme, etc. Ces petits volumes (une centaine de pages) sont d’une lecture agréable grâce à leur principe de rédaction : un dialogue entre un exégète professionnel et une journaliste qui, par ses réactions, permet à la présentation de n’être jamais trop « universitaire » ! La violence de quelque 600 récits bibliques a de quoi dérouter le lecteur. Ainsi, la conquête de la Terre promise est présentée comme une guerre d’extermination – et cela prétendument au nom du « Dieu des armées » qui appellerait à manifester une cruauté sans limites ! Lui-même, du reste, n’hésite pas à provoquer le meurtre d’Abel, le sacrifice d’Isaac ou le génocide universel du Déluge ! Certaines paroles ou attitudes de Jésus (à l’égard des marchands du temple ou des pharisiens) apparaissent aussi bien excessives. Assurément, il ne convient pas d’expurger le texte biblique de tous ces passages insupportables. Mieux vaut – en prenant l’humanité telle qu’elle est et non telle qu’on aimerait qu’elle soit ! – chercher dans ces pages l’amorce d’une réflexion sur cette violence clandestine qui rôde au cœur de chacun de nous.

Pour ce faire, Philippe Abadie nous invite parfois à une plus juste traduction de certains passages si connus qu’on en oublie de les relire attentivement. Par exemple, l’arc « que Dieu dépose dans les nuages » n’a rien à voir avec l’arc-en-ciel ! Ailleurs, c’est en replaçant le passage dans son environnement qu’il l’éclaire. Il nous montre ainsi que l’honneur du croyant est de refuser toute lecture lénifiante de la Parole de Dieu. Il faut se colleter rudement avec le texte, comme Jacob avec l’ange : « Je ne te lâcherai pas tant que tu ne m’auras pas béni ! » (Gn 32,27).

 Philippe Abadie, La Violence, Paris, Nouvelle cité, 2015, 124 pages.

 

À propos Michel Barlow

essayiste, romancier et théologien, est universitaire retraité (Lettres et sciences de l’éducation). Il collabore régulièrement au magazine catholique contestataire Golias hebdo comme à Évangile et liberté.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :