Accueil / Agir / Les éclaireuses et éclaireurs unionistes de France

Les éclaireuses et éclaireurs unionistes de France

 

 nadine-marchandQuel est l’état actuel du scoutisme unioniste ?

 Nadine Marchand : Il est dynamique. Certes, les effectifs sont amoindris si on les compare avec ceux d’il y a 25 ans. Mais depuis cinq ans, on observe un regain d’activité, même si les chiffres sont stables depuis trois ans. Actuellement, nous avons 6 000 adhérents dont 1 500 bénévoles (des adultes et des jeunes responsables) et 4 500 enfants et adolescents.

Notre force réside dans notre projet. Nous avons l’ambition de faire de chaque enfant un futur citoyen engagé dans la société. Il s’agit d’une occasion unique pour l’enfant d’acquérir des compétences qui lui permettront de devenir un adulte responsable. Notre pédagogie est utile aussi pour la future vie professionnelle. Il y a dans le scoutisme le côté « école de la vie », c’est-à-dire l’apprentissage du risque, la nécessité de faire des choix, la capacité de s’engager dans le groupe. La richesse du scoutisme unioniste, c’est aussi de fortes amitiés qui permettront une fois adulte d’avoir de solides réseaux. Or ceux-ci sont importants quand il s’agit d’accueil, de trouver du travail, de faire des rencontres. Être scout est un processus qui persiste tout au long de la vie.

Quelle est votre pédagogie ?

 N. M. : Nous avons un projet éducatif avec deux entrées principales : le développement de l’individu dans le groupe et la notion d’engagement et de service. L’engagement se manifeste par la promesse que l’enfant fait. Elle l’amène à s’investir au sein du groupe. L’enfant peut ajouter une touche personnelle à sa promesse, par exemple la préservation de la nature. Il va donc pouvoir s’épanouir en développant ses compétences et en faisant des projets.

L’éducation se fait par le jeu car celui-ci est l’outil qui leur parle. Ce qui permet de renforcer la dimension collective, le vivre ensemble. Pour les aînés, ceux qui ont entre 16 et 18 ans, il y a beaucoup de projets internationaux. L’originalité de l’éducation du scoutisme unioniste est l’acceptation de tous les enfants de manière inconditionnelle. En 2008, un rapport d’orientation proposait l’éducation à la paix (importance des sentiments, réflexion sur la guerre). Puis, se sont posées les questions sur la mixité et sur la reproduction sociale. Aujourd’hui, la question sur la sexualité au sens large a pour conséquence l’ouverture à tous.

Du côté de l’encadrement, les animateurs sont plutôt jeunes. Ils ont entre 18 et 25 ans. On peut être animateur à 17 ans mais c’est plus rare.

Le scoutisme unioniste se revendique comme un « mouvement protestant ouvert à tous », quels sont ses liens avec le protestantisme ?

N. M. : L’identité protestante du scoutisme unioniste a été réaffirmée il y a quelques années. Cet attachement au protestantisme s’explique par l’histoire et les projets spirituels. Nous avons comme partenaire l’Église protestante unie et aussi d’autres Églises protestantes. Nous sommes membres de la Fédération protestante de France.

La spiritualité est donc fondamentale dans le scoutisme unioniste. Il faut que l’enfant puisse rencontrer Jésus, c’est un plus, mais ce n’est pas un but en soi. L’enfant doit réfléchir, vivre ce questionnement.

Deux outils sont utilisés pour cela : les moments spirituels qui sont souvent des réflexions sur les questions de la vie, sur le quotidien de l’enfant. On part d’une lecture de la Bible, on réfléchit en ajoutant un témoignage chrétien. Nous proposons aussi des moments de louanges (chants et prières). Mais ils sont facultatifs.

Il n’y a pas de statistique sur la part des enfants protestants dans le scoutisme unioniste. Peut-être la moitié des effectifs, selon les constats effectués sur le terrain.

N. M. (propos recueillis par Jean-Paul Augier)

 

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Nadine Marchand

Avatar
est issue d’une famille scoute et protestante. Elle a été éclaireuse unioniste depuis l’âge de 8 ans et elle a participé à toutes les étapes de la vie scoute avant de devenir animatrice. Titulaire d’un DUT carrière sociale, elle a été animatrice au CPCV Aquitaine. Elle vient d’être nommée secrétaire générale des EEUdF.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.