Accueil / Culture / Le lavement des pieds

Le lavement des pieds

 

300-09-3Jésus lavant les pieds de ses disciples, juste avant d’entrer dans sa Passion, est une séquence connue des évangiles, propre à Jean (ch. 13). Elle s’accompagne d’un ordre d’imitation réciproque, adressé aux disciples. Mais Origène constate déjà au IIIe siècle que « presque tous ont transgressé cet ordre-là », révélant les difficultés attachées à la réception et à la réitération de ce geste si humble. L’auteure qui publie ici in extenso sa thèse de doctorat, part de ce constat pour ouvrir une enquête très documentée et fouillée sur ce geste de Jésus. Elle analyse en détail le texte, montrant l’ambiguïté du vocabulaire et de la rédaction : ce lavement peut-il se confondre avec le baptême ou vient-il s’y ajouter ? Quelle position occupe-t-il dans l’économie du salut ?

Elle retrace d’abord le contexte culturel du geste dans l’Antiquité : acte des plus bas esclaves pour leurs maîtres, rite d’accueil des invités, geste affectueux ou expression d’une grande considération, rite de purification dans le judaïsme… Il y a pluralité d’occasions d’exercer un acte très courant et pas systématiquement déprécié. Elle compare Jean 13 avec les autres mentions néotestamentaires de lavement des pieds, avant de consacrer sa recherche à l’histoire de la réception du texte chez les Pères de l’Église du IIe au Ve siècle. Ce lavement a été concrètement réitéré dans des perspectives ecclésiales précises : rite de préparation à la mission, geste diaconal, rite accompagnant le baptême. Il a évolué vers une lecture allégorique où l’eau représente l’enseignement de la Parole, destiné à « laver les pieds de l’âme » (Origène). Et le sens s’est enfin fixé sur une interprétation éthique : appel au service mutuel et à la pratique de l’humilité intra-ecclésiale. C. Egasse nous offre une documentation très complète, montrant la large gamme d’interprétations d’une scène que nous lisons souvent comme une simple injonction d’humilité fraternelle. Elle montre ainsi que la lecture des Pères de l’Église renouvelle et vivifie la lecture du texte biblique

Corinne Egasse, Le lavement des pieds. Recherche sur une pratique négligée, Genève, Labor et Fides, 2015, 341 pages.

 

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Christine Prieto

Avatar
est docteur en théologie, bibliste dans l’Église protestante unie de France, chargée de cours à l’Institut Protestant de Théologie (faculté de Paris), et collaboratrice du DEFAP.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.