Accueil / Journal / La miséricorde : s’approcher, être touché, recevoir

La miséricorde : s’approcher, être touché, recevoir

 

Seguier_EtienneNotre société s’interroge sur sa capacité à aimer. Or la miséricorde peut nous aider à essayer encore et encore. Elle met notamment l’accent sur trois passages incontournables.

Tout d’abord, aimer c’est s’approcher. Nous pouvons passer du temps à recenser les bonnes raisons de ne pas faire le premier pas. Mais à un moment, il faut s’avancer vers l’autre, sans trop savoir comment nous allons être reçus. La démarche doit s’accomplir avec délicatesse, comme en témoigne Jésus durant toute sa vie. Mais nous ne pouvons aimer sans effectuer ce mouvement vers les autres.

Second passage incontournable : aimer, c’est accepter d’être touché. Avec nos proches, mais aussi avec des inconnus que nous sentons en difficulté. En mettant l’accent sur nos entrailles, la miséricorde rappelle qu’il n’y a pas de relation sans laisser les autres nous « impacter ». Cette valorisation du ressenti n’implique pas pour autant d’être naïf. Jésus ne l’était pas. Il prévient d’ailleurs ses disciples qu’il les envoie comme des brebis au milieu des loups, en les invitant à être prudents comme les serpents, et simples comme les colombes. Ses avertissements n’empêchent pas Jésus de se laisser toucher par la détresse de ses interlocuteurs. Il ne termine pas sa vie publique en guerrier insensible, mais en ayant partagé avec ses disciples sa tristesse et sa peur.

Troisième passage, sans doute le plus délicat à évoquer : nous ne pouvons faire preuve de miséricorde vis-à-vis des autres que parce que nous recevons celle de Dieu. Quand la relation devient compliquée avec nos proches, l’accompagnement avec un thérapeute ou un coach offre une aide précieuse pour dénouer des nœuds. Mais même en effectuant un travail sur nous-mêmes, cela n’empêchera pas les épreuves d’apparaître : l’injustice, la séparation, la maladie, le deuil. À travers ces épreuves, la miséricorde rappelle que Dieu est à nos côtés, même dans ces moments-là, que nous dépendons vitalement de sa bienveillance. Même si nous ne le voyons pas, même si nous ne « ressentons » pas sa présence.

http://cultivetestalents.over-blog.com

 

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Étienne Séguier

Avatar
est journaliste à La Vie et coach chez Cultive tes talents. Il publie Pratiquer la miséricorde, Empathie et Solidarité, chez Empreinte Édition.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.