Accueil / Journal / Rugby, coupe du monde

Rugby, coupe du monde

À l’occasion de la coupe du monde de rugby, qui se déroule cette année en France (en septembre et octobre), Vincens Hubac, qui a pratiqué ce sport, souligne les aspects qui le rapprochent de la religion.

Fête moderne, mais aussi affrontement et nationalisme, voire forme larvée de guerre, des milliards engagés, le sport dépasse largement ce qu’il représente pour être spectacle, enjeu économique, politique et sociologique. Le sport moderne prend même des accents religieux. Le langage trahit cet état de fait : la grand’messe du Foot ou l’idole que devient tel ou tel joueur… Le rugby occupe une place de choix. Ce sport de voyous joué par des gentlemen a bien évolué depuis que William Webb Ellis, au collège de Rugby, a pris le ballon de football pour le porter à la main dans l’en-but adverse ! L’anglomanie de la fin du XIXe siècle a permis d’exporter ce sport dans des contrées peu favorisées de l’époque, Sud-ouest, montagnes, pour occuper les jeunes. Le rôle des institutions a été décisif. Après Le Havre, Rouen et Paris la greffe a donc pris et la France est devenue une nation majeure de ce sport.

Amateur pendant longtemps, il est passé professionnel depuis une trentaine d’années. Ce professionnalisme s’accompagne de la mise en place de la coupe du monde, que la France organise cette année. La dimension religieuse se met de plus en plus en place, côté joueurs et côté public.

Le calendrier d’une grande équipe présentant ses joueurs nous montre la dérive religieuse. Le document présente les « dieux du stade » : des corps impeccables, véritables sculptures, des photos un peu surréalistes, épreuves d’artistes. Les hommes présentés ne sont plus le commun des mortels, ils sont autres, sortes de demi-dieux. Le phénomène de l’idolâtrie des sportifs trouve ici son achèvement. Cet aspect du joueur déifié se comprend ; les qualités physiques exigées pour pratiquer le rugby de haut niveau sont exceptionnelles : qui peut normalement suivre le rythme d’un match en encaissant les chocs que doit subir un joueur ? Sport très « physique » le rugby demande ascèse et sacrifice. Ce dernier mot est souvent employé dans les vestiaires, surtout pour les avants qui participent à la conquête du ballon. C’est aussi une pratique communautaire. Seul, un joueur ne peut rien faire, ce qui n’exclut pas le talent du joueur. On joue au rugby avec les autres. Dieux du stade, sacrifice, ascèse, communautaire, le rugby a un langage religieux. Chacun sait aussi qu’il peut jouer avec sa vie, les accidents sont graves et les séquelles très nombreuses chez les anciens joueurs. Le joueur de rugby moderne est à part dans le « monde d’ovalie ».

Le public est marqué par l’aspect religieux de ce sport. La Mecque du Rugby, chacun le sait, c’est le stade de Twickenham, près de Londres ! Le temple du Rugby en France hier à Colombes, aujourd’hui au Parc. Il y a aussi un langage incompréhensible pour ceux qui sont à l’extérieur : le pack, l’en-avant, le raffut, le plaquage, la passe redoublée, l’up and under… Lieux ésotériques aussi Landsanroad, Twickenham, l’Arms Park, Sauclières. Dans ces lieux fréquentés par des « adeptes » se pratiquent des rites parfois curieux. Que penser des chants guerriers des équipes du Pacifique et de celle de Nouvelle-Zélande (les All Black) ? Que penser des chants gallois, souvent des cantiques, pour soutenir les « diables rouges » ?

Nous préférons en France la musique des Bandas de Bayonne ou les chants des Pyrénées. Tout ce rituel spécifique au rugby se passe dans un respect pour le moins signifiant : pas de hooligans ici (la violence sur le terrain est peut-être suffisante, voire expiatoire), des spectateurs jusqu’au bord des terrains ; dans le temple de Twickenham on communie dans le respect et le silence et on apprécie le sacrifice des avants !…

On comprend mieux la réflexion qui assène cette vérité : le rugby c’est une religion pour ceux qui le pratiquent… une religion qui avait son pape, l’abbé Pistre de Castres et sa chapelle au Pays Basque !

Cet aspect religieux que l’on retrouve dans les « grandes messes » du rugby protège peut-être ce sport de certaines dérives, en fait un monde à part folklorique et bizarre qui retrouve peut-être tout son sens dans les 3es mi-temps où s’expriment la fête des fous, la fraternité et un certain art de vivre.

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Vincens Hubac

Avatar
est pasteur de l’Église protestante unie de France au Foyer de l’âme, à Paris. Il est engagé dans la diaconie et intéressé par le transhumanisme.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.