Accueil / Journal / Noël des animaux

Noël des animaux

Devant le magasin, quelques bénévoles distribuent des tracts : « Le foie gras est une violence et une souffrance infligées aux animaux. Boycottons-le ! » Pas tous jeunes, surtout des dames… On ricane, les tracts vont au caniveau : c’est vrai, que veulent ces rabat-joie, ces vieilles filles à chat qui gâchent le plaisir de la fête ?

Noël : fête de bien des excès ! Manger, boire, acheter… éventuellement aimer, partager, adorer (Dieu, pas le foie gras !), ces trois derniers verbes ne recommandant pas spécialement la consommation modérée.

Finalement, tout le monde s’y retrouve plus ou moins : on se ruinera ou non en cadeaux. Les pro-sapins enguilanderont et les anti, non. Les chrétiens pourront partager, adorer… culte ou messe de minuit (sans préjudice des agapes). Les autres se réjouiront et, s’ils ont l’occasion d’entrer dans la signification originelle de ces lumières et de cette joie, qui s’en plaindra ?

Mais les animaux ne s’y retrouvent guère comme lors de chaque fête : joie dans les maisons, panique dans les basses-cours et les étables. La trêve des confiseurs ne s’applique guère à ces petits et il est bien loin le temps mythique où le premier couple humain réveillonnait à la compote (de pommes, non encore rattachées au péché).

On dit que c’est François d’Assise qui « inventa » la crèche de Noël, avec l’âne et le bœuf. « Une bonne nouvelle pour tout le peuple » ne pourrait-elle pas s’appliquer à la création tout entière ?

Puisque les étoiles elles-mêmes ont bougé, pourquoi ne pas laisser le doux François plaider et présenter à la crèche Sœur Oie et Frère Canard, victimes en l’honneur d’un petit enfant qui n’en demandait pas tant !

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Christine Durand-Leis

Avatar

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.