Accueil / Journal / Le transhumanisme

Le transhumanisme

Le cahier de Vincent Schmid sur le transhumanisme a fait réagir beaucoup de nos lecteurs. Voici un de ces messages, qui critique ce texte avec véhémence, et une réponse apportée par l’auteur.

Ah ! bien sûr, les nanotechnologies existent et nous envahissent, de même que les caméras miniatures et Big Brother. Bien sûr, la technologie médicale produit d’étonnantes survies artificielles, à coût d’ailleurs prohibitif. Bien sûr, « nous » allons pouvoir produire des bébés éprouvette. Et alors ? Pauvres bébés, pauvres perfusés. Un milliardaire américain avait consacré sa fortune à la cryogénisation de son propre cadavre, dans l’espoir que la science permettrait sa résurrection : l’entreprise de cryogénisation a déposé son bilan, et voilà le corps dégelé, bon à jeter… Ceaucescu avait eu l’idée d’élever un peuple nouveau en prélevant dans les familles les enfants surnuméraires : après sa mort, on a découvert des orphelinats-mouroirs. On juge aujourd’hui le boucher de Phnom Penh : qu’avait-il voulu faire, cet homme de foi et de bonne foi, et qui ne se refusait pas au travail ? Changer l’humanité, tout simplement. La purifier, l’améliorer. Nous connaissons le résultat.

  Et pendant que nous nous glorifions de nos puces, un milliard d’hommes meurent de faim dans l’indifférence, et la plus grande partie de l’humanité n’a nulle part aux savoirs de la bulle Internet. […] Au mieux, les paysans afghans seront encore dans leurs montagnes, à pousser leurs ânes dans la transhumance, quand le transhumain aura depuis longtemps fondu dans sa graisse.

  Au fond, où est le problème ? Le transhumain est un autre nom du surhomme – vieille lune, comme chacun sait. Or, que serait un homme meilleur, capable de se dépasser lui-même ? À quoi mesure-t-on l’excellence humaine ? À la capacité d’autonomie, de discernement et d’amour. Et dans la reconnaissance de sa finitude, dans le savoir mourir. L’autonomie, le discernement, l’amour, supposent non pas des émotions régulées, mais bien cet excès de l’émotion qui provoque la colère ou qui nous porte vers autrui et nous permet d’accepter la mort pour laisser place à nos enfants. « Cet homme et cette femme accomplis », « nous » ne les créerons pas. Ils se réformeront eux-mêmes, si Dieu veut, à travers les difficultés de l’existence, parce qu’ils ont été aimés de leurs parents. Ils se sont édifiés déjà, des millions de fois à travers les âges. Ils jugent avec pitié les « proactifs », ces nains qui se croient autorisés à réécrire la Bible et auront bientôt changé Dieu en robot.

Renée Piettre, Chatenay-Malabry

Je ne suis pas un disciple d’Auguste Comte et je ne crois pas avoir écrit un texte « scientiste » ! Mais je suis frappé de constater les retombées sans cesse grandissantes des sciences dans tous les secteurs de la vie quotidienne et j’ai le souci de confronter ce quotidien, inédit dans l’histoire, à la réf lexion théologique. C’est un fait incontournable que la science appartient au destin de l’humanité et désormais façonne de plus en plus ce destin. Nous surmonterons les graves problèmes qui se posent à nous (réchauffement climatique, malnutrition, pandémies virales, etc.) par plus de science et non par moins de science. Alors Dieu, dans tout ça ?

  Le transhumanisme a le mérite de poser la question des possibles de l’humain. Cette question croise la ligne du messianisme biblique, pour lequel il s’agit d’inventer l’humain à l’image de Celui qui n’a pas d’image. La tâche théologique (et pastorale !) consiste dès lors dans l’accompagnement des mutations anthropologiques en cours – qui sont tellement énormes que nous avons de la peine à les penser – en énonçant une parole qui redessine l’horizon de la transcendance et renouvelle l’alliance de Vie.

  Pour cela, il ne faut évidemment pas « réécrire » la Bible (le texte est le texte une fois pour toutes) mais il faut la réinterpréter. Le texte n’est rien sans son interprétation et chaque époque exige une interprétation adaptée. Le renouvellement du sens se love toujours dans les paroles anciennes.

  Quant à la science-fiction, dont j’avoue être un amateur invétéré, elle mérite mieux que de la condescendance. Relisez Jules Verne ou Hergé… ce n’était pas si mal vu, non ?

Vincent Schmid

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Renée Piettre

Avatar

Un commentaire

  1. Avatar

    Le transhumanisme c’est l’esclavage demain. Dans le transhumanisme il y a Big brother qui est en ceux qui fréquentent les implants party pour recevoir une micro puce dans le corps pour être identifié, acheter et vendre. Le transhumanisme avec la nano puce d’IA ou Big brother sera en ceux qui accepterons la “marque de la bête” incroyablement décrite dans l’apocalypse de Jean 13. Ils auront l’illusion d’être immortel avec un nouvel ADN, par un autre qui n’est pas le Créateur. Ce sera un chemin Faustien sans spiritualité ni retour. L’humain dit augmenté sera contrôlé, suivi à la trace et exclu du système dictatorial à venir en cas de faux pas.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.