Accueil / Journal / La prière

La prière

Dans les religions primitives la prière était sans doute liée à un sacrifice, pour se protéger de la colère des dieux ou pour s’attirer leurs bonnes grâces. Les sacrifices ont peu à peu disparu mais les hommes ressentent toujours la nécessité d’entrer en relation avec leur dieu par la prière. Le langage reste un moyen de communication fondamental.

  Dans certaines religions les prières comportent des obligations. La prière juive, collective, a lieu trois fois par jour ; elle peut se faire à peu près n’importe où, cependant deux endroits sont privilégiés : la maison et la synagogue. Elle est articulée autour de deux pôles, le « Chema Yisrael » (Écoute, Israël, l’Éternel, notre Dieu, l’Éternel est UN) et la « Amida », la prière à proprement parler. La prière musulmane, un des piliers de l’islam, est dite cinq fois par jour ; elle exprime des louanges et des demandes de pardon accompagnées de versets coraniques et de prosternations précises. La pratique de la prière dans le cadre de la religion hindoue traditionnelle n’est pas séparée d’autres formes rituelles d’adresse à la divinité ; la plupart des prières sont chantées ou psalmodiées : la dimension sonore et vibratoire fait partie du pouvoir efficient de la prière. Dans le bouddhisme tibétain, il n’y a ni Dieu, ni créateur, la prière est un accompagnement des pratiques comme la méditation ou les enseignements. En revanche, dans le bouddhisme theravada, ou dans le bouddhisme Zen, les moines ne prient pas ; l’attachement aux rites ou la croyance aux effets de la prière fait d’ailleurs partie des dix liens qu’il faut briser pour parvenir à l’Éveil. Dans le christianisme les obligations de prière ont à peu près disparu, même si les Églises essaient de maintenir des rituels. Il faut remarquer que dans les évangiles la prière n’occupe pas une très grande place, même si Jésus se retire pour prier en plusieurs occasions ; la prière donnée comme modèle par Jésus est très courte.

  L’expérience universelle de la prière revêt donc des formes très diverses dans les différentes cultures. Prière de contemplation de la nature, prière de louange, prière de repentance, prière de demande, confession de foi. « Il s’agit dans la prière de s’ouvrir à la présence de Dieu en nous et dans le monde. […] L’idée que notre prière exauce Dieu en le faisant entrer dans notre existence me paraît avoir quelque chose de fondamentalement juste », écrit André Gounelle (Penser la foi).

  Mais comment prier aujourd’hui ? Après John S. Spong (« Prier… quand Dieu n’est plus aux cieux », Évangile et liberté n° 191), Raphaël Picon, théologien, rédacteur en chef de notre mensuel, nous présente une réflexion sur la prière et plus particulièrement sur la prière de demande, qui sera poursuivie le mois prochain.

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Marie-Noële Duchêne

Avatar
est enseignant-chercheur retraitée en Physique (université Paris-Sud Orsay). Depuis 2004, elle s’occupe du secrétariat de rédaction d’Évangile et liberté.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.