Accueil / Journal / La clef, la liberté et… ma poche !

La clef, la liberté et… ma poche !

La clef, comme objet, m’agace ! À l’heure où je communique par internet et GSM, où je paye par carte bancaire, où les puces (électroniques évidemment) nous envahissent, voilà que j’ai encore les poches trouées par cet objet antique : la clef. Je suis sûr que ce sont les marchands de vestes qui ont des accords avec les serruriers… Pensez donc, les premières clefs remontent à l’époque égyptienne. Quant à celles d’aujourd’hui, elles sont certes plus complexes mais restent un objet mécanique encombrant… et indispensable. Qui n’a jamais perdu ses clefs ne connaît pas le sens du mot « angoisse » !

En revanche, la clef comme symbole commence à me plaire. Elle peut certes évoquer le bruit des trousseaux de clefs en prison, ce bruit lancinant qui continue à hanter les anciens détenus durant toute leur vie. Elle peut être un terrible symbole d’enfermement : on cadenasse, on boucle. Circulez, il n’y a rien à voir ! Non, ce symbole-là n’est pas à mon goût. Je lui préfère la clef des champs ou celle des songes, qui évoquent l’évasion vers une liberté. Ce sont des clefs qui ne cessent d’ouvrir des portes plutôt que de les refermer. Ce sont les clefs du poète, celui qui nous emmène au pays de l’imagination, celui qui fait éclore en nous notre propre imaginaire. Sa clef devient la mienne, vers le pays de mes rêves. Il paraît que sans rêve, on devient fou. Le poète devient alors le vaccin contre nos folies. Il est le peintre de nos âmes.

Et puis, il y a aussi les clefs de la raison, celles que l’on appelle les « clefs d’interprétation ». Devant un manuscrit ancien, devant un alphabet mystérieux, devant un texte philosophique ardu, je ne peux rester nu, sans « clef », sans « code » qui me permette de comprendre un peu mieux. Il en va de même dans les relations humaines. Souvent, pour comprendre l’autre, il me faut des « clefs » : quelle est son histoire, sa culture, sa personnalité ? Bref, les clefs peuvent rapprocher les humains et les rendre libres, même si elles continuent à trouer mes poches…

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Jean-Marie de Bourqueney

Avatar
est pasteur de l’Église protestante unie. Il est actuellement à Paris-Batignolles. Il est notamment intéressé par le dialogue interreligieux et par la théologie du Process.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.