Accueil / Journal / Dieu agit-il sur les événements ou sur notre esprit ?

Dieu agit-il sur les événements ou sur notre esprit ?

Comment Dieu agit-il ? Intervient-il carrément dans l’histoire, en agissant sur les événements, ou son action est-elle moins directe, moins immédiate ?

Pour les théologiens du Process, Dieu ne cesse d’agir. Il n’agit pas « sur » les événements mais il « participe » à la venue de chaque événement, ce qui a évidemment des répercussions sur les événements qui suivront. Un événement est toujours causé par les événements précédents ; il en est notamment ainsi dans l’activité des neurones de notre cerveau et le surgissement de nos pensées.

  Bien que l’action actuelle de Dieu dans nos vies soit le fondement de notre existence et de notre liberté, il faut aussi remarquer que les événements passés y jouent également un rôle considérable. Notre présent est la suite logique de notre passé immédiat. La psychologie sociale a clairement mis en lumière l’importance de notre situation familiale et, globalement, de tout notre environnement sur notre situation actuelle. Notre présent est, avant tout, déterminé par notre histoire passée, notre sexe, nos origines, etc. La présence de Dieu prend place parmi ces éléments et n’est pas, bien entendu, le moins important.

  La question est de savoir si Dieu agit directement sur les gens et sur les événements ou s’il influence seulement notre esprit. Nous croyons que Dieu a influencé les gens et les événements de notre entourage qui nous ont, à leur tour, influencé. Cette influence s’exerce à la fois à long terme, à travers de multiples intermédiaires, et de manière immédiate et personnelle. Nous pensons (c’est un postulat et une confession de foi) que sans Dieu il n’y aurait rien. C’est Dieu qui permet que tout existe, que la vie se développe, se complexifie et que les êtres vivants aient une âme. En y songeant, on comprend que l’influence de Dieu s’exerce sur nous à travers des intermédiaires étalés sur des millions d’années.

  De façon plus proche et plus immédiate, précisons que l’influence de Dieu sur nous s’exerce également de façon étroite et personnelle à travers nos amis et nos proches. La vie d’Église est un milieu privilégié en ce qui concerne la présence divine. Non seulement on s’y sent personnellement encouragé, mais aussi on s’y trouve sous l’influence de personnes qui sont elles-mêmes sous celle de Dieu.

  Il faut naturellement être aussi conscient de ce que les membres de l’Église ne sont pas seulement sous l’influence de Dieu mais sont également, tout comme nous, marqués par leur vie profane et par la réalité de leur propre passé. Il arrive donc que l’on entende dans les Églises nommer « Parole de Dieu » des idées que nous pouvons légitimement juger tout à fait fausses et même pernicieuses. On y confond trop souvent avec la plus grande sincérité des règles de morale et des points de doctrine avec la Parole de Dieu lui-même, ce qui a parfois des conséquences graves. Dans les Églises le fanatisme n’est jamais très loin.

  Mais la vérité de Dieu peut toujours se frayer un chemin à travers le maquis de nos coeurs. Nos paroisses comptent bien des fidèles véritablement ouverts à Dieu. Nous pouvons bénéficier avec confiance de cette présence de Dieu que nous reconnaissons en eux et prendre modèle sur la sainteté, qu’inconsciemment, ils incarnent.

  Il est vrai qu’aussi saints qu’ils soient, ces fidèles exemplaires demeurent faillibles, sujets à l’erreur dans la mesure où ils sont, comme tout le monde, soumis aux influences pernicieuses du monde. Leur foi, leurs croyances, leurs actes sont une lumière dans notre monde de ténèbres, mais ne peuvent néanmoins jamais incarner parfaitement la Parole de Dieu.

  C’est pourtant tels qu’ils sont, à la fois exemplaires et faillibles qu’ils sont les instruments que Dieu utilise pour notre bénédiction. Dieu se sert aussi pour nous des livres laissés par les fidèles d’autrefois. Le saint esprit de Dieu rend vivants pour nous les récits des évangiles et ce sont eux qui à leur tour donnent vie à la présence divine en nos coeurs. Mais ici encore, nous devrons être attentifs : que de crimes ont été commis au nom du Christ par des hommes qui se croyaient sincèrement inspirés par le Saint Esprit !

Document du « Center for Process Studies », déc. 2004 (Trad.: Gilles Castelnau)

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos John B. Cobb

Avatar

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.