Accueil / Le Blog de la rédaction / Embrouilles au Vatican

Embrouilles au Vatican

S’agit-il d’une banale bagarre pour le fric ?Certes ces prêtres célibataires demeurant au Vatican n’ont ni épouse et ni enfants auxquels léguer le moindre héritage. Ils ne peuvent même pas s’acheter au supermarché du coin le moindre carambar. Ils ne peuvent pas, comme dans le secteur civil, s’acheter une villa au Maroc, un yacht à Monaco, un jet privé.
Ils peuvent « seulement » détourner l’argent de l’Eglise vers des œuvres ecclésiastiques comme l’Opus Dei ou les Légionnaires du Christ.
Evidemment le fidèle catholique moyen qui a mis de l’argent à la quête aimerait bien savoir à quoi il est utilisé.
A part ça cette question n’est guère intéressante.S’agit-il d’une banale bagarre pour le pouvoir ?Savoir quel monsignor, quel cardinal va diriger quel obscur bureau d’un recoin de l’administration catholique. Quelle jalousie, quel sentiment de frustration personnelle, quel esprit de supériorité sicilien, bavarois ou brésilien suscite des esprits de clan entre les prélats de la curie ?
Cette question n’est guère intéressante.
3. S’agit-il d’une importante opposition entre théologiens ? Les traditionalistes comme Jean-Paul II et Benoît XVI écartent de l’Église catholique (et remplissent les Églises protestantes !) tous les fidèles écœurés par l’étroitesse prétentieuse envers les autres Églises, par l’exclusion des homosexuels, des divorcés remariés, par l’anti-féminisme, par le refus du contrôle des naissances et la protection à l’égard du sida, et globalement par le repli frileux devant la modernité de la société.
Ils sont conscients qu’ils vident l’Église et que ne subsiste qu’un petit noyau dur peu sympathique et qui n’aide guère les gens à vivre dans le monde d’aujourd’hui (les statistiques montrent l’effondrement de la pratique catholique).
Mais ils pensent que dans 100 ou 200 ans lorsque les temps auront changé, ce petit noyau dur qui aura été protégé pourra renaître et se développer dans une société nouvelle.
Les libéraux leur répondent que dans ces conditions il n’y aura plus dans 100 ou 200 ans que des fondamentalistes traditionalistes haïs de l’ensemble du monde.

Les libéraux, amis des protestants, conscients de l’échec d’un tel message qui ne ressemble plus guère à celui du Jésus-Christ des évangiles, promeuvent, bien au contraire, un renouveau de l’Église à la manière du pape Jean XXIII dans le style du concile – bien oublié – de Vatican II : retrouver, comme le disent tant d’excellents prêtres de paroisse, un langage qui touche nos contemporains, qui réponde à leurs préoccupations fondamentales, qui incite à la créativité, au sourire, à la fraternité, et non à la fermeture morose.
Les traditionnalistes leur répondent que dans ces conditions il n’y aura plus dans 100 ou 200 ans que des protestants dont le christianisme aura disparu, dissous dans la pensée du monde moderne.
Cette question est extrêmement intéressante pour les catholiques fidèles.

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Évangile et liberté

.Evangile-et-liberte@evangile-et-liberte.net'

Un commentaire

  1. Si le christianisme, avec toutes les crises qu’il a souffert pendant ses plus de DEUX-MILLE (2000) ans d’existence, n’est pas toujours disparu je ne voie pas pourquoi il va disparaitre maintenant, detruite par une crisi comme d’autres que il y a eu dans son historie. Rappelez-vous la periode des Borgia, Alexandre III etc. Je ne crois pas que 200 ans vont changer si radicalement l’historie de la civilisation occidentale. Il y aura de changements surement, mais je ne crois pas a une disparition, ce n’est pas une prevision rationnelle.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.